Le cycle de Fondation, tome 1 : Fondation – Isaac Asimov

Genre : Science-fiction
Première publication : novembre 1984
Nombre de pages : 392
Prix : 7,40€

Résumé…

En ce début de treizième millénaire, l’Empire n’a jamais été aussi puissant, aussi étendu à travers toute la galaxie. C’est dans sa capitale, Trantor, que l’éminent savant Hari Seldon invente la psychohistoire, une science nouvelle permettant de prédire l’avenir. Grâce à elle, Seldon prévoit l’effondrement de l’Empire d’ici trois siècles, suivi d’une ère de ténèbres de trente mille ans. Réduire cette période à mille ans est peut-être possible, à condition de mener à terme son projet : la Fondation, chargée de rassembler toutes les connaissances humaines. Une entreprise visionnaire qui rencontre de nombreux et puissants détracteurs…

Mon avis…
Ce livre m’aura donné du fil à retordre. Si j’avais beaucoup accroché au Cycle des robots, j’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire de celui-ci.

L’univers est très complexe. On suit tout au long des 400 pages, des dizaines de personnages différents qui viennent tous de planètes différentes. L’histoire se déroulant sur plus de cent ans, c’est un détail qui m’a quelque peu déboussolée. Je serais incapable, maintenant, de vous ressortir un seul nom de personnage. Par conséquent je ne me suis attachée à aucun d’eux et j’ai eu l’impression que ce n’était pas le but de l’auteur. L’histoire et l’univers général, prévôts sur les personnages.

L’univers construit est époustouflant. Le nombre de planètes, de systèmes, de religions, de politiques qu’il a fallu inventer. Mais ce n’est clairement pas pour moi pour le moment. C’est le genre de livre où il faut être concentré et totalement disponible pour le livre pour tout comprendre. Passer à côté de quelques informations serait dommage pour une telle œuvre.

Une histoire décousue et complexe

J’ai trouvé l’intrigue vraiment décousue. S’il y a un fil rouge, éviter que l’anarchie ne dure des milliers d’années, l’auteur enchaîne les événements sans fil conducteur. Il aurait pu continuer ainsi infiniment ou du moins jusqu’à arriver au point final. Il n’y aucun moment dans le livre où on fait « waw, sacré retournement de situation » et la fin est aussi plate que le reste du livre. Finir ici ou avant ou après ne changeait absolument rien. Ce livre est, à mon sens, une succession de faits sans grand intérêt. On est bien loin des conquêtes spatiales à la Star Wars.

Je vais donc continuer le Cycle des robots qui est beaucoup plus digeste à lire et je vais mettre de côté cette trilogie pour le moment en espérant pouvoir la reprendre plus tard.


Note : 1.5 sur 5.

Les autres tomes…
Le cycle de Fondation, tome 2 : Fondation et Empire
Le cycle de Fondation, tome 3 : Seconde Fondation
Le cycle de Fondation, tome 4 : Fondation foudroyée
Le cycle de Fondation, tome 5 : Terre et Fondation

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s